Investissement locatif : Nos conseils pour protéger votre bien immobilier

Lors d’un investissement locatif il est important de connaître les risques qui existent et savoir comment les éviter. Découvrez nos conseils et les garanties afin de protéger au mieux votre bien immobilier neuf lors d’un investissement locatif.

Eviter les impayés des loyers

Bien choisir son locataire : Vous avez investi dans un bien immobilier neuf pour y réaliser de l’investissement locatif et votre projet est parfaitement ficelé. Il est temps pour vous de sélectionner le ou les locataires qui vont habiter votre logement pendant les prochaines années. Il est important pour trouver les bons locataires, de lister plusieurs critères qui permettront d’avoir un candidat solvable pour éviter les impayés. Il faudra prendre en compte les revenus du futur locataire lui permettant de payer le loyer ainsi que les charges mais également de pouvoir vivre décemment. Il est souvent demandé que le total des revenus soit au moins égal à 3 fois le montant du loyer mensuel. Une fois vérifiée la solvabilité du locataire vous devrez être attentif au dossier que vous remettra le candidat et notamment les pièces justificatives qu’il vous aura fourni. Il peut arriver que les documents soient falsifiés pour prétendre à un logement.

Demander une caution : Pour s’assurer d’un loyer payé, il est utile de demander à votre locataire d’avoir un garant qui paiera en cas de défaillance du locataire. Pour cela on retrouve 2 types de garant. Le garant “simple” qui pourra intervenir si le locataire ne peut pas régler ses dettes. Le garant ”solidaire” permet de demander le paiement des dettes du locataire sans passer par le locataire, c’est la caution la plus utilisée par les propriétaires.

La garantie des loyers impayés

Lorsque vous réalisez de l’investissement locatif vous aurez la possibilité de souscrire à la GLI (garanties des loyers impayés) vous permettant de recevoir vos loyers selon les motifs des impayés. Pour pouvoir souscrire à cette garantie il est nécessaire que le candidat soit en mesure de payer le loyer, il faut plus précisément que celui-ci ne soit pas en situation fragile (contrat partiel, CDD…) Pour vérifier cela il faudra renseigner, bulletin de salaire, contrat de travail…) A savoir que cette garantie ne peut être cumulée avec un garant sauf en cas de locataire étudiant.

La garantie est active selon les situations. Cela peut être en cas de dégradations présentes dans le logement dans le cas où elles ne seront pas prises en charge par le ou les locataires qui seront dans l’indisponibilité de payer. Pour cette situation la somme maximum est de 7500€ par déclaration. Vous pourrez bénéficier de cette garantie lors de vacance locative causée par un départ soudain de vos locataires. Pour finir, la garantie sera active lorsque le locataire n’est pas en capacité de régler les loyers.

Les garanties contre les dégradations

La première chose à mettre en place pour lutter contre les dégradations de votre habitation est de demander un dépôt de garantie dès l’entrée du locataire dans votre logement. Ce dépôt de garantie aura pour objectif de couvrir les malfaçons que le locataire aurait pu faire dans le logement mais également si les charges ou les loyers sont impayés.

On retrouve également l’assurance propriétaire non-occupant (PNO) qui assure votre logement lorsque vous n’y résidez pas. Celle-ci est active lors d’un incendie, d’un cambriolage… Elle couvre également votre responsabilité en tant que propriétaire. De plus, si votre bien immobilier est sans locataire et qu’un incident intervient le propriétaire sera responsable. L’assurance PNO prend en compte les frais afférents.

La garantie contre les dégradations locatives de la GLI est également une possibilité afin d’être indemnisé lors d’un incident ou d’une dégradation dans votre logement. Le montant de cette garantie varie selon l’assurance et les options que vous avez choisies.

Afin de protéger votre bien immobilier lors d’un investissement locatif vous devrez être très attentif lors de l’état des lieux (les installations sanitaires, les équipements, les murs, le sol…) En effet, cela peut paraître évident mais lorsque vous allez signer l’acte de vente il ne sera plus possible de revenir en arrière si vous remarquez une malfaçon qui n’a pas été mentionnée lors de l’état des lieux. De plus, il vous sera impossible de récupérer ceci dans le dépôt de garantie ou auprès de votre assurance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *